Œil de Sainte Lucie

Qu’est-ce que c’est ?

Egalement appelé Œil de Vénus, Œil de Shiva ou encore Œil de la Vierge, ce minéral est un opercule provenant d’un mollusque de la famille des gastéropodes. Les scientifiques l’appellent aussi turbo, astralium rugosum, astrée rugueuse ou encore astraea rugosa.

On les trouve généralement sur les rivages des mers chaudes, comme la méditerranée ( notamment en Corse ) et sur les rivages de plusieurs pays tropicaux.

L’opercule possède une face blanche avec une spirale, qui est plane et une face orangé chaud/corail, qui est bombée et dont la physionomie peut faire penser à une oreille humaine. La variété appelée Œil de Shiva, que l’on trouve dans les pays tropicaux possède une partie bombée allant du vert très clair au vert foncé ( presque noir), sur fond blanc/gris voir brun.

Les tailles et les motifs ( la forme/grandeur de la spirale )sont variables selon les espèces de mollusque l’ayant produite. Les variétés tropicales, par exemples, peuvent atteindre la taille d’une petite assiette. A contrario, notre variété européenne qui vient de Corse à une taille maximale de 2 à 3 cm de haut.

Qu’elles sont ses Vertus ?

Sur le plan spirituel, l’Œil de sainte Lucie est un porte-bonheur. Il est réputé pour attirer la chance et prospérité. Egalement désignée comme pierrre de protection, elle éloigne les énergies négatives et protège du Mauvais Œil.

Liée aux chakras racine et du 3ème Œil, elle est utilisée pour l’ancrage et est très appréciée des Médiums, Voyants et autres personnes travaillant dans ce domaine. Les personnes souhaitant ouvrir leur 3ème Œil auront tout intérêt de porter un tel minéral.

Sur le plan physique, elle est utilisée en Lithothérapie en cas de problèmes oculaires mais également pour soulager les souffrances au niveau de la gorge.

La Légende de Sainte Lucie :

Lucie de Syracuse ou sainte Lucie, était une vierge et martyre dont le nom est illustré dans l’histoire de l’Église Sicilienne. Elle était issue d’une noble et très riche famille de Syracuse. Elle figure d’ailleurs parmi les vierges martyres représentées sur les mosaïques de la Basilique Saint Apollinaire le Neuf, à Ravenne. Le poète Dante, qui lui vouait une intense dévotion, la mentionne à plusieurs reprises dans sa Divine Comédie.

Les légendes concernant cette sainte sont nombreuses, je vais me concentrer ici sur la plus connue et la plus « officielle », avec une petite variante populaire.

En l’an 300 après Jésus Christ, à Catane en Sicile, arrive depuis Syracuse une jeune fille. C’est Lucie qui accompagne sa maman gravement malade d’un « flux de sang » incurable. Elles viennent prier à la guérison sur la tombe de Sainte Agathe.

Par la suite, Lucie fait un rêve. C’est Sainte Agathe qui lui annonce la guérison de sa maman. Elle lui prédit aussi qu’elle sera une sainte vénérée à Syracuse. Lucie promet alors à Sainte Agathe une future virginité. De retour à Syracuse, Lucie se comporte en bonne chrétienne et se défait de tous ses biens. Toute entière tournée vers la prière, elle réalisa bon nombre de miracles. En réponse à cette dévotion, la Sainte Vierge ramassa deux opercules du Turbo Rugosa lui rendit la vue et lui donna des yeux plus beaux et plus lumineux.

Son fiancé n’appréciant pas que tous les biens soient dilapidés (avouons aussi qu’il devait avoir les nerfs de ne pas pouvoir se faire la demoiselle hein), il la dénonce comme chrétienne, sachant qu’à l’époque la chrétienté n’était pas religion d’état.

Lucie est alors suppliciée : tirée par des cordes attachées à ses pieds, puis couverte de poix et résines que l’on enflamme, et enfin transpercée au cou par l’épée.

Une autre version non relayée par l’église dit qu’en signe d’amour pour son fiancé qui l’avait répudié parce que chrétienne, Sainte Lucie se serait arraché les yeux et les lui aurait offerts sur un plateau.

Le petit Fanart parce que je l’ai trouvé magnifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *