L’Ethique

Qu’est-ce que l’Ethique?

C’est une discipline philosophique portant sur les jugements moraux. C’est sur cette réflexion fondamentale que nous créeons ( en principe ) nos normes, nos limites et nos devoirs. Elle exprime nos impératifs catégoriques. Les rapports entre morale et éthique sont très délicats. En effet, la distinction entre ces deux termes est différente selon les penseurs. Si le mot éthique est, dans un sens ordinaire, synonyme du mot morale, le contraire n’est pas applicable.

La morale se base sur un ensemble de règles « relatives », fictivement érigées en Bien et Mal absolus, selon les croyances personnelles. L’éthique, celle qui est universelle, est, au contraire, débarrassée de ces notions superstitieuses. Lorsque les deux se confondent, on parle alors d’éthique personnelle.

La dichotomie Morale/Éthique sera expliquée par le philosophe Stéphane Sangral, dans Fatras du Soi, fracas de l’Autre. « Comme pour la morale, un ensemble de valeurs et de règles arbitraires et propres à chaque groupe, « un linceul crasseux qui recouvre le vivre-ensemble », et comme, pour l’éthique, un ensemble de valeurs et de règles universelles (duquel la morale parfois s’inspire, mais parfois seulement) liées à l’empathie, « un drap blanc sur lequel repose la cohérence du vivre-ensemble ». La notion d’éthique personnelle ne qualifiant alors que le degré d’appropriation personnelle de l’éthique universelle. »

L’éthique professionnelle (ou la déontologie) a pour but de réglementer les activités qui ont lieu dans le cadre d’une profession. À ce titre, il s’agit d’une discipline qui est comprise au sein de l’éthique appliquée, étant donné qu’elle fait allusion à une partie concrète de la réalité

Il y a lieu de souligner que l’éthique, en général, n’est pas coercitive (elle n’impose pas de sanctions légales/judiciaires ou normatives). Cependant, l’éthique professionnelle peut être, dans une certaine mesure, dans les codes déontologiques régissant une activité professionnelle. La déontologie fait partie de ce que l’on appelle l’éthique normative et représente une série de principes, et de règles, devant être obligatoirement respectés.

L’éthique personnelle, comme dit plus haut, est plus un code de morale qu’une réelle éthique. Cependant, elle se base tout de même sur certaines pensées communes. Elle est également un savant mélange d’éthique universelle ( dû à notre éducation familiale voir même notre ouverture sur le monde, grâce aujourd’hui au médias plus que présents ) et d’éthique institutionnelle ( que nous apprenons au cours de notre éducation scolaire ).

En matière de Sorcellerie, on ne peut réellement parler d’éthique professionnelle. En effet, nous agissons TOUJOURS avec le risque qu’une personne soit lésée par nos actes. Et oui, tout n’est jamais tout noir ou tout blanc. Le monde est un mélange de nuances de gris, contrairement à certaines pensées collectives. Agir pour aider une personne à avoir une promotion peut être un gros problème pour une autre personne, ayant plus besoin de la dîtes promotion, que celui ou celle faisant appelle à nous.

Ici, c’est notre éthique personnelle qui entre en jeu. Notre morale. Notre vision du Bien et du Mal. Ces deux notions sont différentes selon les personnes et il y a autant de visions de Bien/Mal qu’il y a d’êtres Humains sur Terre. C’est pourquoi, il peut arriver qu’un pratiquant vous refuse une prestation, quel que soit la somme que vous pouvez proposer, cela parce que cette prestation va à l’encontre de son éthique personnelle.

)O(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *